La neuroferritinopathie est une forme génétiquement dominante d’NBIA causée par une mutation du gène FTL, qui code pour la sous-unité légère de la protéine ferritine. La ferritine est responsable du stockage et de la libération des ions de fer. La neuroferritinopathie fait partie des troubles NBIA et se caractérise par des symptômes similaires à ceux de la maladie de Huntington, tels que la chorée, la dystonie et des changements cognitifs (mentaux) qui commencent à l’adolescence.

Les problèmes de mouvement affectent généralement un ou deux membres au départ, puis s’étendent à tous les membres en 5 à 10 ans, et peuvent survenir n’importe où en 20 ans. Avec le temps, le déclin mental et les troubles du comportement deviennent des problèmes importants pour les patients atteints de neuroferritinopathie.

La durée de vie des patients est variable. Grâce à l’amélioration des soins médicaux, un plus grand nombre de personnes touchées sont désormais en mesure d’atteindre l’âge adulte.

Des tests psychométriques, des recommandations diététiques, une thérapie physique et une orthophonie doivent être effectués.

L’incidence de la maladie est inconnue. Il y a environ 100 cas connus. La plupart des personnes atteintes sont porteuses de la même mutation génétique, ce qui peut indiquer un ancêtre commun.

SYMPTÔMES

Les symptômes de la neuroferritinopathie apparaissent généralement vers l’âge de 40 ans, mais peuvent se manifester entre le début de l’adolescence et l’âge de 60 ans environ. La dystonie apparaît généralement à l’âge de 40 ans. Des mouvements saccadés (chorée) et de légers changements cognitifs deviennent apparents. À l’âge de 20 ans, les mouvements de tous les membres sont affectés et des problèmes d’élocution apparaissent, comme dans la maladie de Huntington. Les déficits cognitifs et les troubles du comportement deviennent des problèmes importants avec le temps.

Principaux symptômes

Problèmes d’élocution

Dysarthrie (troubles de la parole), difficulté à utiliser ou à contrôler les muscles de la bouche, de la langue, du larynx ou des cordes vocales utilisés pour la parole. Il peut être difficile de comprendre la prononciation d’une personne affectée, par exemple en raison d’un bégaiement, d’un trouble de l’articulation ou d’un discours faible ou rauque.

La dysphonie (le mouvement des cordes vocales est entravé par des muscles tendus), se traduit par une voix saccadée, tremblante, plus chaude, dure ou gémissante.

Dyskinésie oro-linguale (difficulté à effectuer les mouvements naturels de la bouche et de la langue, comme la mastication).

Dysphagie (difficulté à avaler).

Problèmes oculaires (mouvement extra-oculaire anormal), Le mouvement de l’œil dans une ou plusieurs directions ne fonctionne pas normalement. Fond de l’œil anormal (rétine et nerf optique).

Diagnostic clinique

Les résultats de l’IRM diffèrent de ceux des autres patients atteints d’NBIA.

Les mouvements oculaires sont bien préservés au cours de la maladie.

Le diagnostic de neuroferritinopathie peut être confirmé par un test génétique du gène FTL. Une altération génétique est trouvée dans environ 80 % des cas. Les tests génétiques sont effectués par analyse de séquence.

Gestion de la maladie

Il n’existe pas de traitement standard pour la neuroferritinopathie. Une équipe de professionnels de la santé recommande des traitements en fonction des symptômes actuels pour des personnes diagnostiquées.

L’étendue de la maladie peut être déterminée :

Parkinsonisme, les symptômes similaires à la maladie de Parkinson peuvent être traités avec les mêmes médicaments utilisés dans la maladie de Parkinson. Le trouble du mouvement est particulièrement résistant au traitement conventionnel, mais certaines réactions ont été enregistrées avec la lévodopa, la tétrabenazine, l’orphénadrine, le benzhexol, le sulpiride, le diazépam, le clonazépam et le déanol en doses standard. 2007, Ondo et al 2010].

La toxine botulique est utile pour la dystonie focale douloureuse.

Surveillance à long terme

Évaluation régulière de la nutrition et de l’apport calorique

Cause

L’altération du gène FTL, qui se transmet sur un mode autosomique dominant, est à l’origine de la neuroferritinopathie. Le terme “autosomique” fait référence au fait que le gène FTL est situé sur le chromosome 19. “Dominant” signifie qu’une modification du gène dans une seule des deux copies du gène suffit pour contracter la maladie.

Il y a 50 % de chances qu’une personne atteinte transmette le changement de gène à ses enfants. La plupart des personnes diagnostiquées avec une neuroferritinopathie ont un parent qui est également atteint.

La proportion de cas causés par de nouvelles mutations spontanées est inconnue.

Test prénatal

Si les mutations à l’origine de la maladie ont été identifiées dans une famille, un diagnostic prénatal peut être posé pour les grossesses présentant un risque accru. Dans un test, l’ADN est extrait de cellules fœtales obtenues par amniocentèse, généralement entre 15 et 18 semaines de gestation, puis analysé. Ou bien le prélèvement est effectué sur les villosités choriales, les minuscules projections en forme de doigts situées au bord du placenta, généralement à 10 ou 12 semaines de gestation.
Le dépistage des embryons, appelé diagnostic génétique préimplantatoire, peut être une option pour certaines familles dans lesquelles les mutations responsables de la maladie ont été identifiées.

Veuillez consulter le lien sur la neuroferritinopathie dans Gene Reviews, qui a été la source de certaines des informations ci-dessus.

https://europepmc.org/article/nbk/nbk1141

Gene Reviews Auteur : Patrick F Chinnery, MBBS, PhD, FRCP, FRCPath, FMedSci

Institut de génétique humaine

Université de Newcastle upon Tyne

Newcastle upon Tyne, Royaume-Uni