CoPAN

CoPAN, ou COASY Protein-Associated Neurodegeneration est causée par une mutation du gène COASY qui code pour une protéine appelée Coenzyme-A Synthase. CoPAN est un trouble de l’NBIA qui se caractérise par une spaticité et une faiblesse des membres inférieurs au début de la maladie et par une accumulation de fer et des calcifications que l’on retrouve dans le globus pallidus.

SYMPTÔMES

À l’heure actuelle, seuls quelques cas ont été identifiés avec cette forme rare d’NBIA de sorte que l’information sur CoPAN peut changer lorsque d’autres personnes touchées seront identifiées.

À l’heure actuelle, les symptômes de CoPAN commencent à apparaître dès l’enfance ainsi la spasticité et la dystonie des membres inférieurs apparaissent tôt, tandis que la dystonie de la bouche et de la mâchoire apparaît plus tard dans le processus pathologique. On observe également des problèmes d’élocution, y compris le bégaiement et le embruit de mots, causés par la dysarthrie.

Symptômes courants

  • La paraparésie dystonie et spasmes se développent tôt dans la maladie.
    • Spasticité des membres inférieurs (muscles raides ou rigides), dystonie (contraction involontaire des muscles et spasmes) et faiblesse.
  • La dystonie oro-mandibulaire se développe plus tard dans la maladie.
    • Contraction involontaire des muscles et spasmes de la bouche, de la mâchoire et de la langue
  • Dysarthrie (troubles de la parole)
    • Difficulté à utiliser ou à contrôler les muscles de la bouche, de la langue, du larynx ou des cordes vocales qui servent à la parole. Cela peut rendre le discours d’une personne difficile à comprendre de plusieurs façons différentes, y compris le bégaiement, les bredouillements ou un discours doux ou râpeux.
  • Neuropathie axonale
    • Les cellules nerveuses commencent à fonctionner anormalement parce que les axones (qui envoient des signaux d’une cellule nerveuse à une autre) se détériorent.
  • Parkinsonisme (symptômes semblables à ceux de la maladie de Parkinson)
    • Bradykinésie (mouvement lent)
    • Rigidité (rigidité)
    • Tremblements (tremblements)
  • Déficience cognitive
    • D’autres examens sont nécessaires pour déterminer le niveau de déficience
  • Comportement obsessionnel-compulsif

CAUSE

CoPAN est hérité de manière autosomique récessive. Autosomique  » fait référence au fait que le gène COASY situé sur le chromosome 17, qui est l’un des chromosomes autosomes (paires de chromosomes 1-22). Le terme  » récessif  » fait référence au fait qu’une mutation doit être présente dans les deux copies du gène COASY pour qu’une personne puisse avoir CoPAN. Si un individu n’a qu’une seule mutation COASY, on parle alors de « porteur » pour CoPAN. Les porteurs n’ont pas de problèmes de santé liés à la mutation et ne savent souvent qu’ils sont porteurs d’une mutation génétique récessive. Cependant, si deux porteuses de CoPAN ont un enfant ensemble, il y a 25 % de chances qu’elles transmettent toutes les deux leurs mutations génétiques récessives COASY et qu’elles aient un enfant avec CoPAN. Il y a 25 % de chances que l’enfant ait CoPAN et 50 % de chances qu’il soit porteur comme ses parents. Il y a 25% de chance que l’enfant n’est pas porteur de cette mutation.

Le dépistage des porteurs pour les parents à risque et le dépistage prénatal pour les grossesses à risque sont suggérés si les deux mutations causant la maladie ont été identifiées chez un membre de la famille affecté.

Diagnostic

  • Hypointensité, les taches foncées sur les images IRM pondérées en T2 du cerveau dans la substantia nigra et le globus pallidus ont été trouvées dans un cas,, indiquent une accumulation de fer.
  • Hyperintensité, les taches claires sur les images IRM pondérées en T2 du cerveau et l’enflure des noyaux caudés, des putamen et du thalamus ont été trouvées chez un autre individu.
  • Calcifications du globus pallidus chez un individu, apparaître comme une région centrale d’hyperintensité (tâches claires) au milieu d’une tache sombre d’accumulation de fer dans le globus pallidus qui ressemble au signe de l’œil du tigre vu dans le type PKAN du NBIA. Toutefois, des tests supplémentaires au moyen d’un axial CT ont montré que les zones lumineuses étaient des calcifications.

Le diagnostic de CoPAN peut être confirmé par des tests génétiques du gène COASY pour déceler les modifications génétiques. Les tests génétiques sont effectués par analyse séquentielle.

Évaluations de CoPan

Les évaluations suivantes peuvent être utiles pour établir l’étendue de la maladie chez une personne ayant reçu un diagnostic de CoPAN :

  • Examen neurologique de la dystonie, de la rigidité, de la spasticité et du parkinsonisme, y compris l’évaluation de la motricité et de la parole.
  • Dépistage en vue d’une évaluation du développement, avec renvoi à des tests plus poussé si un retard est indiqué.
  • Évaluation pour la physiothérapie, l’ergothérapie et/ou l’orthophonie et les appareils fonctionnels appropriés
  • Évaluation psychiatrique pour un comportement obsessionnel-compulsif
  • Consultation en génétique médicale

Traitement

Il n’existe pas de traitement standard pour le CoPan et les traitements sont basés sur la gestion des symptômes par une équipe de professionnels médicaux.

Thérapies pour la prise en charge de la dystonie (contraction involuntaire des muscle accompagné des spasms)

  • Toxine botulique intramusculaire le Botox est injecté dans les muscles spastiques et dystoniques pour les aider à se détendre pendant un certain temps.
  • Anticholinergiques, tizanidine et dantrolène
  • Artane (trihexyphénidyl) Pris par voie orale, habituellement divisé en plusieurs doses chaque jour
  • Baclofène (oral ou intrathécal) L’un des principaux médicaments utilisés pour traiter la dystonie, généralement pris par voie orale et divisé en plusieurs doses chaque jour. Dans la méthode intrathécale, une pompe à baclofène implantée administre le médicament directement dans le liquide céphalorachidien.
  • Stimulation cérébrale profonde Utilisée de plus en plus souvent dans l’NBIA et possède certaines preuves de ses bienfaits. Un stimulateur envoie des impulsions électriques à la région cérébrale affectée pour aider les muscles à se détendre. Il s’agit de l’implantation chirurgicale d’une sonde, et d’une rallonge et d’un parquet de batterie (IPG). La sonde contient 4 électrodes et est implantée dans la région du globus pallidus du cerveau. La rallonge relie le fil au bloc de batterie (IPG). Le IPG est un neuro stimulateur alimenté par batterie qui est placé dans l’abdomen (ou dans certains cas sous la clavicule).
  • Physiothérapie et ergothérapie Peuvent être indiqués ou non pour les personnes qui ne présentent que de légers symptômes. Les thérapies visant à maintenir la mobilité articulaire normale le plus longtemps possible peuvent être utiles.
  • Parkinsonisme Les symptômes semblables à ceux de la maladie de Parkinson peuvent être traités avec les mêmes médicaments utilisés dans la maladie de Parkinson. Le traitement par des agonistes de la dopamine (comme la lévodopa) doit être amorcé et surveillé de près. Au début, la dose est augmentée graduellement jusqu’à ce que le patient et le médecin sentent que les symptômes sont sous contrôle. Pendant la prise de médicaments dopaminergiques, il faut surveiller régulièrement les effets neuropsychiatriques indésirables, les symptômes psychiatriques et l’aggravation du parkinsonisme. Les médicaments pour les spmtoms de Parkinsons sont souvent très bénéfiques à court terme. Cependant, cela ne dure généralement que quelques années et est souvent limité par le développement de dyskinésies (un effet secondaire courant qui crée des mouvements non désirés).

Surveillance à long terme pour CoPAN

Vont réduire l’impact des symptômes de CoPAN et améliorer la qualité de vie.

  • Médicaments contre la spasticité, la dystonie et/ou le parkinsonisme
  • Surveillance des personnes recevant des médicaments dopaminergiques contre le parkinsonisme pour déceler les effets neuropsychiatriques indésirables, les symptômes psychiatriques et l’aggravation du parkinsonisme
  • Nutrition, surveillance de la taille et du poids chez les enfants, évaluation de la déglutition et évaluations régulières de l’alimentation, assurer une nutrition adéquate, prévenir l’aspiration, placement d’un tube de gastrique PEG (si nécessaire)
  • Évaluations régulières des capacités de marche et d’élocution

PROGRESSION

Les symptômes de CoPAN progressent généralement lentement. Cependant, au moment où la plupart des personnes atteintes de CoPAN atteignent la trentaine, la majorité d’entre elles ne peuvent plus marcher et sont confinés au chaise roulants. La durée de vie moyenne varie pour les personnes atteintes de CoPAN, mais en raison de l’amélioration des soins médicaux, un plus grand nombre de personnes touchées vivent maintenant à un âge moyen.

Test prénatal

Si les mutations à l’origine de la maladie ont été identifiées dans la famille, un diagnostic prénatal pour les grossesses à risque accru peut être effectué. Dans un test, l’ADN est extrait de cellules fœtales obtenues par amniosyntèse, habituellement à 15 à 18 semaines de gestation, est analysé. Ou encore, on prélève des échantillons des villosités choriales, ces minuscules projections en forme de doigts sur le bord du placenta, habituellement à l’âge de 10 à 12 semaines de gestation.

Le dépistage embryonnaire, appelé diagnostic génétique préimplantatoire, peut être une option pour certaines familles dans lesquelles les mutations responsables de la maladie ont été identifiées.